Image default

Ribnovo et ses mariées aux visages décorés de paiettes

Dans une des régions montagneuses du Sud-Est de la Bulgarie se trouve Ribnovo – un petit village pittoresque caché loin des regards curieux des touristes. Là bas on dirait que le temps s’est arrêté. La population de Ribnovo est majoritairement composée de Pomaks et préserve jalousement ses valeurs et ses traditions patriarcales.

Les Pomaks sont des musulmans d’ origine bulgare convertis de force à l’Islam au XIVe siècle sous le règne Ottoman. Pendant des siècles, cette communauté a vécu à l’écart du reste de la société bulgare. Ses membres étaient considérés comme des « traîtres de la foie chretienne ». Car on les tenaient responsables des crimes commis par l’Empire ottoman contre le peuple bulgare.

Durant l ‘ époque du communisme, les pomaks se verront attribuer de nouveaux noms bulgares. Heureusement qu’avec la chute du régime ils ont pu rétablir leur noms de naissance. Aujourd’hui, la plupart d’entre eux sont revenus à leurs origines et vivent dans des villages montagneux à l’ écart de la vie moderne et de la globalisation.

Ribnovo est parmi les villages pomaks les plus authentiques. Situé au coeur des Rhodopes, le village ne dispose que d’un unique chemin pour y entrer et en sortir.

Ce petit coin perdu dans la montagne est connu pour ses mariages traditionnels

Il s’ agit d’ un rituel mystérieux qui remonte d’ une époque éloignée. Ici les noces des jeunes rappellent les mariages, décrits dans nos contes populaires – trois jours durant on fait la fête et on s’amuse. C’est un monde inconnu, voire irréel et comme hors du temps. La saison des mariages ici, c’est l ‘hivers.

Dès notre arrivée pour le tournage d’un film documentaire,  j’ai été impressionnée par le fait, que ce coin eloigné de la civilisation moderne, était plein de vie. Les rues escarpées sont tout le temps traversées par des femmes aux foulards multicolores, des enfants et des hommes. L’air résonne des coups de marteau et de raclement de ciseaux. Parce qu’ici on ne cesse de construire. De loin on entend une musique. Une telle agitation n’est pas typique pour la pluspart des villages en Bulgarie, de plus en plus abandonnés.

Ribnovo – un univers insolite, capsulé dans le temps

La cérémonie nuptiale exprime le mieux la vision et le mode de vie de ces gens-là, leur sentiment d’appartenance à une petite communauté, condamnée, tôt ou tard, à “s’ouvrir” vers la réalité contemporaine. Le destin des villageois est déterminé à l’avance, dès leur naissance. Et les étapes de leur vie sont rythmées par des règles et des rituels précis. Rien n’a changé depuis 200 ou 300 ans et de nos jours on ne déroge pas à ces rites!

Cette façon de prévoir les choses confère aux locaux un sentiment de pérennité et de “commodité” dont nous autres, gens “modernes”, nous en sommes privés. Beaucoup d’entre-eux partent travailler à l’étranger. Mais ils finissent toujours par retourner dans leur “chez soi”. Lorsque naît une fille dans la maison, on commence à travailler sur son trousseau – tout ce qui est nécessaire pour une vie de famille. Et lorsque un garçon vient au monde – tous les efforts sont concentrés sur la construction d’une nouvelle maison pour le futur jeune ménage.

Les images les plus pittoresques sont celles du rangement du trousseau de mariage

Ce village de 3.500 habitants au sud-ouest du pays est le seul à maintenir vivante cette tradition. Devant la maison de la jeune fille on sort tout ce que les parents ont réuni au fil des années pour son nouveau foyer.

Sur des palissades, dressées tout au long de la rue, on entasse tapis, tabliers, nappes, couvertures – une incroyable explosion de couleurs et de nuances. Sous les regards des habitants du village s’étale tout le mobilier du futur ménage, soigneusement préparé d’avance. Le lit des jeunes mariés, les placards de cuisine, le micro-ondes, la télé à écran plasma, et encore, et encore… Et devant la maison de la pucelle une foule multicolore commence à défiler.

Vient le tour de la procession du mariage avant que la jeune mariée ne soit emmenée dans son foyer natal.

Le masque cache entièrement le visage de la jeune épouse. La mère emmène la jeune fille dans son foyer natal, dont le seuil elle franchira pour la dernière fois comme pucelle. Autour d’elle se rassemblent uniquement des femmes. Elles l’habillent de la robe de mariée, qui n’est pas blanche, mais toute en couleurs variées incroyables. On l’allonge sur la terre et alors une femme experte dans l’art de l’embellissement vient. D’abord elle couvre son visage d’une crème blanche. Puis elle colle des paillettes multicolores sur les joues, le front et le menton sous forme de cercles.

Ainsi la jeune mariée devient méconnaissable

En effet ce masque isolite la cache du monde. Une des explications est que c’est une manière de se préserver du mauvais œil. Parce que dans ce moment transitoire entre la virginité et la maturité, la jeune femme est particulièrement fragile et vulnérable. Pendant que nous nous préparions pour le tournage du documentaire, nous avons interrogé les habitants du village – d’où viennent leurs coutumes et pourquoi les suivent-ils aussi strictement? Ils nous répondaient toujours de la même manière – “Ça a toujours été ainsi et ça le sera ainsi!”

Ribnovo c’ est une communauté musulmane fermée qui obstinément ne veut pas changer. Ces gens affichent avec fierté leur “différence” et leurs coutumes d’antan. Mais cela ne veut pas dire, qu’ils sont restés dans le passé, totalement en dehors du 21e siècle! Car a la différence de nous, ils ont la capacité de passer avec légèreté de la tradition à la réalité contemporaine

Voici le trailer de mon documentaire intitulé « Sous les paillettes les jeunes mariées ne pleurent pas »

Organisez vous-même votre séjour en Bulgarie

– Comment vous rendre de Sofia à Ribnovo

Bon, comme je l’ai déjà mentionné dans mon article  il n’y qu ‘une unique voie pour y entrer et en sortir. En effet la route aboutit au centre du village qui n’est accessible qu’en voiture. Il n’y a pas de transport publique de Sofia à Ribnovo. Le village se trouve à environ 200 km. de Sofia et vous devrez rouler environ 2 h 50 min.  Vous pouvez eventuellement prendre le bus pour Eleshnitsa et de là prendre un autre bus pour Ribnovo   .  Consultez la carte ci-dessous

Le village se trouve a une vingtaine de kilomètres d’Ognyanovo – un centre de cure thermale avec plein d’hôtels comortables avec de piscines d ‘eau minérale dans les environs. Non loin de là se trouve le village magique de Kovatchevitsa

– Faites votre réservation d’hotel directement à partir de l’outil de réservation ci-dessous



Booking.com

Други статии

L’église de Dobarsko et sa fresque cosmique

Veneta Nikolova

Kutela – le secret de la coupe des dieux

Veneta Nikolova

Les secrets de la Vallée des rois Thraces

Veneta Nikolova
error: Content is protected !!