Image default

Les catacombes de Sofia – bienvenue dans la cité des morts

Les catacombes de Sofia cachent des trésors incoupconnés. Dans les souterrains de la basilique Sainte Sophie ont été mis au jour des fragments de la nécropole Est de l’antique ville de Serdica ainsi que des vestiges de trois églises paléochrétiennes.

En parcourant les rues de Sofia, on ne se rend pas forcément compte des sites archéologiques et des objets historiques qui reposent sous nos pieds.

Il s’agit des vestiges de Serdica – une cité fondée au Ier siècle de notre ère, qui connut son heure de gloire sous le règne de l’empereur romain Constantin le Grand. qui songea même d’y installer le centre de son vaste royaume.

 

Le catacombes de Sofia sont aménagées en musée

Le sous-sol de la basilique Sainte-Sophie lève ainsi le voile sur le passé glorieux de Serdica, à travers les reliques de la nécropole, aménagée en musée souterrain sous la nef de l’église. L’exposition est devenue un lieu incontournable pour les touristes faisant escale dans la capitale bulgare. Elle s’étend sur 600 mètres carrés, répartie en trois niveaux en fonction de la datation des différentes strates archéologiques.

Les innombrables sarcophages en pierre taillée et autres tombeaux ornés de dalles ouvragées, en disent long sur les rites qui accompagnaient le passage dans l’Au-delà des personnes, dont la dépouille repose dans ce sanctuaire médiéval :

 

 

 

 

Les défunts appartenaient presque exclusivement aux classes moyennes et supérieures .

Il suffit de regarder les ouvrages sculptés et les accessoires de luxe trouvés dans les tombes, pour comprendre que nous sommes en présence d’une nécropole dédiée à l’élite économique, politique et religieuse de la cité de Serdica.

Les hologrammes de trouvailles faites sur le site sont une agréable surprise pour les visiteurs

Dans les catacombes de Sofia les touristes peuvent admirer trois hologrammes. Ils reproduisent à l’identique trois anneaux sigillaires, datés de l’époque entre le XIIème et le XIVème siècles. Ils servaient à cacheter des documents importants.

Les vestiges d’une église-martyrium

liassent penser que cet endroit pourrait abriter les reliques d’un saint. Une hypothèse confortée par la présence de plusieurs édifices religieux ayant existé sur le site. La plus ancienne des églises identifiées par les historiens date du début du IVème siècle. Cette une époque coïncide avec la reconnaissance du Christianisme en tant que religion officielle au sein de l’Empire romain.

A quelques exceptions près les magnifiques mozaïques sont restaurées pour être exposées au public.

A la fin du IVème siècle, cet endroit aurait accueilli une basilique à trois nefs

Son sol était recouvert d’une splendide mosaïque. L’actuelle basilique Sainte-Sophie a donné son nom à la capitale bulgare. Elle aurait été érigée probablement à la fin du Vème et au début du VIème siècle.

 

A une vingtaine de mètres de l’église, les archéologues retrouvent une tombe richement ornée qui, d’après l’inscription en latin qui figure dessus, aurait appartenu à un certain Honorius – un dignitaire ecclésiastique de l’époque du Christianisme ancien. Les collections du musée mettent en lumière le passé lointain de Sofia.



Booking.com

Други статии

Ribnovo et ses mariées aux visages décorés de paiettes

Veneta Nikolova

Bienvenue aux salines de Provadia – la plus vieille ville d’Europe

Veneta Nikolova

Kutela – le secret de la coupe des dieux

Veneta Nikolova
error: Content is protected !!